Quelques trucs pour allaiter facilement…

L’allaitement est une très bonne chose pour l’enfant, et est fort pratique pour la maman, car il n’y a pas de biberons à préparer, le lait est toujours à disposition à la bonne température, et en plus, ça ne coûte rien !

Cependant, certaines difficultés peuvent se présenter pour la maman qui allaite, comme par exemple :

  • les crevasses :  En cause bien souvent, une mauvaise position du bébé lors de l’allaitement. Ok mais le problème est que  vous risquez fort de ne pas savoir corriger ce problème, même après plusieurs essais et conseils, les mamelons douloureux seront toujours là… Alors n’hésitez-pas et procurez-vous de la Lanoline.  On vous dira de mettre un peu de votre lait sur les mamelons après la tétée, mais cela ne suffira en général pas. Pour les peaux sensibles, la lanoline est super efficace, inoffensive pour vous et le bébé, et  vous permettra de bien profiter de votre allaitement. Je regrette d’ailleurs de ne pas l’avoir connue pour mon premier allaitement !
    • La lanoline LANSINOH® est actuellement la lanoline la plus pure au monde.
      Rien n’y a été ajouté. Elle ne contient pas de conservateur, pas d’eau, pas de produits chimiques ou de parfum. Elle est purifiée selon un procédé totalement naturel. C’ est un produit neutre, qui ne contient aucun principe actif. Il s’agit d’un produit inerte d’une grande pureté, donc sans danger pour bébé. Il n’est pas nécessaire de retirer la crème Lansinoh HPA Lanoline avant d’allaiter, c’est la crème de soin pour mamelons la plus pure et la plus sûre. Lansinoh ne contient aucun ajouts d’eau, de produits chimiques ni de parfum.

  • les seins douloureux : Parfois les seins peuvent devenir rouges, durs, et cela fait très très mal.  Vous pouvez même avoir de la fièvre, et ressentir comme un état grippal. Il s’agit d’une inflammation du sein, d’un engorgement.  Certaines sont soulagées par le froid, d’autre par une douche bien chaude.  Cependant, le remède naturel le plus efficace est de prendre une feuille de chou fraîche (blanc ou vert de préférence), de la repasser afin de la rendre molle, puis, lorsque la chaleur est supportable, de la placer sur le sein (coincée dans le soutien-gorge).  Laisser agir le plus longtemps possible et au moins 1/2h.  Vous serez rapidement soulagée, croyez-moi.  Bon, ce n’est pas très glamour et ça sent le chou, mais lorsque vous aurez bien mal, vous serez contente de trouver une solution toute simple qui peut être renouvelée autant de fois que vous le désirez et qui est bon marché (surtout si vous en avez dans votre jardin, ce qui est le mieux évidemment)
  • La gêne du regard des autres :  Il arrive évidemment que bébé ait faim au mauvais moment, lorsque vous êtes en pleine réunion de famille, en train de faire vos courses, ou en voyage, etc… Certaines femmes ne s’embarrassent pas et se mettent poitrine à l’air sans problème, ignorant les réactions des autres personnes, puisque après tout, c’est un acte naturel (faire pipi aussi, mais pourtant on ne le fait pas devant tout le monde …).  Si tel n’est pas  votre cas, je vous conseille de vous procurer simplement un poncho d’allaitement (ou parfois il s’agit de simples châles selon vos goûts).  Personnellement, j’ai opté pour le châle maternel « L’oved Baby », et je ne le regrette pas.  Glissé dans votre sac à main, vous l’emportez partout et dès qu’il faut allaiter bébé, vous l’enfilez simplement (car il s’agit en réalité d’un poncho…). Vous êtes ainsi cachée, l’encolure est suffisamment grande pour voir bébé (et le laisser respirer, car il fait assez chaud là-dessous).  Il est joli et existe en plusieurs coloris. Ainsi, plus de crainte de choquer certaines personnes, et plus besoin de faire attendre  bébé ou de se réfugier dans un petit coin !

Il ne savait pas que c’était impossible alors il l’a fait…

On entend souvent dire je n’y arriverai jamais, c’est impossible. Et si nous méditions cette petite phrase sympa ?

En effet, trop souvent on se met des barrières, on croit ce que les gens nous disent, alors que si nous ne connaissions pas leur avis, on se mettrait moins la pression et on se lancerait plus facilement.

Peut- être est-ce utopique ? Mais je ne sais pas pourquoi, cette phrase me plaît et me parle …

Mais où sont les gens positifs ???

Au secours ! J’ai l’impression que le monde n’est plus constitué que de gens négatifs…

On critique tout et tout le monde, on râle sur tout, on est constamment insatisfait… mais comment cela est-il possible d’en arriver à ce point-là ?

Bien sûr, la vie n’est pas toujours facile, tout n’est pas rose tous les jours, mais bon, regardons autour de nous et nous constaterons que, dans des pays beaucoup plus pauvres que nos pays occidentaux, les gens y ont l’air cependant plus heureux !

Comment cela se fait-il ?

Je pense qu’ils se contentent de ce qu’ils ont.  Ils savent que ce n’est pas grand chose, mais ils sont déjà satisfait d’avoir au moins cela et en sont reconnaissants.  Ils voient la vie autrement que nous, plus simplement, plus doucement… Ils profitent de leur vie, pas des biens matériels.

Nous que faisons-nous en général ? On court pour avoir toujours plus : plus de biens, plus d’argent, plus de loisirs, plus, plus… et finalement on n’est tout de même pas content, car il est impossible d’obtenir TOUT. Tout ce que l’on désire, surtout au niveau matériel.

Alors on en vient à ne même plus être heureux de rentrer chez soi retrouver sa famille, à ne plus avoir de temps pour être entre amis, ni même à se faire des amis (pas le temps !), à ne plus admirer un beau coucher de soleil, ni même son environnement proche, ni même l’être aimé ?

Mais par contre, on va encore courir pour trouver le temps de partir en vacances, en général bien loin (pour faire comme les autres…!) et on va se plaindre qu’il a fallu plus travailler pour rester à jour dans son emploi, faire les valises, s’occuper des enfants (qu’on ne voit finalement même plus quasiment…), de sa maison, etc…

… et on se lamente, et on en a marre et on voudrait changer de vie… si seulement je pouvais ! Si j’avais : des sous, du temps, et surtout du courage et la volonté réelle de changer… mais je suis prisonnier à présent de ce mode de vie, et je ne trouve pas la force de la modifier !

Eh oui,  triste tableau me direz-vous…. et pourtant regardez autour de vous, peut-être même chez vous, et vous verrez que c’est malheureusement la réalité !

Alors essayons au moins déjà une chose : prenons le temps chaque jour de s’étonner, d’admirer, de trouver le positif chez des personnes ou dans des choses, et rendons-nous compte quand l’on est en train d’à nouveau se laisser aller à la critique, collons un post-it avec une phrase positive sur notre miroir pour que le matin, c’est un sourire que nous lui offrions, et pas un « pffft encore une journée pourrie qui commence !  »

Allez, on essaie ?? Je vais penser de mon côté à rédiger un « petit livre pratique » pour nous aider à rester (ou devenir) positif…

Les « petits » maux de grossesse…

Vous êtes enceinte ? Vous allez recevoir toutes les félicitations possibles, les commentaires habituels « tu vas  voir c’est merveilleux ! », « le plus beau moment de ta vie »,  etc… et c’est vrai qu’il s’agit d’un moment à part dans la vie d’une femme, un moment magique, puisque le miracle de la nature fait qu’en vous, va se développer, à partir de quasiment rien, un être à part entière, et c’est grâce à vous, uniquement, qu’il va pouvoir se développer, se nourrir, évoluer et bien sûr naître !  Fantastique !

Cela c’est pour le beau côté des choses…

Il y en a un cependant moins rigolo, c’est la réalité journalière d’une grossesse.  Si certaines grossesses se déroulent très bien, d’autres ne sont pas si agréables à vivre, et on est bien contente quand le bébé naît …

On nous présente toujours la grossesse comme ce moment de bonheur, mais on tait très souvent les aléas que la femme peut rencontrer, comme s’il s’agissait d’un sujet tabou… hormis les bien connues nausées, pas grand chose n’est dit à ce sujet.  Dommage car il serait intéressant d’informer les futures mamans des diverses douleurs qui les attendent, afin qu’elles ne se demandent pas ce qui leur arrive, et si c’est normal… Passons donc en revue quelques unes de ces « réjouissances » !

Comme on l’a dit, les nausées, voire avec vomissements (plus rares cependant) sont assez courantes, et non pas seulement en début de grossesse mais parfois même pendant toute la durée de celle-ci !! Vous avez l’estomac qui tourne, envie de ne rien manger, dégoût pour certains aliments…  Dans ce cas-là, il est recommandé de manger ce que vous savez, et de fractionner vos repas en 4 ou 5, afin de manger de plus petites quantités à la fois.

Moins connu, les douleurs que vous allez ressentir au niveau de vos parties intimes, comme si on vous écartelait… cool ! C’est en fait le cas, sous l’effet des hormones, votre bassin commence à s’écarter en vue du passage du bébé, et tous vos ligaments s’étirent également petit à petit.  Cela donne des douleurs qui peuvent être très vives par moment, et pas vraiment agréables…

Les maux de tête peuvent aussi être plus courants, avec aussi une très grande fatigue à laquelle vous avez du mal à résister, même en vous reposant plus.

Votre poitrine change également, et cela dès le début de la grossesse : elle gonfle, se modifie et peut être douloureuse.  Vers la fin des 9 mois, vous pouvez déjà être victime de petits écoulements… bien gênants parfois !

Votre humeur va connaître des hauts et des bas… vous pouvez vous retrouver à pleurer pour n’importe quoi, ne plus avoir envie de rien, etc… c’est encore dû aux hormones de grossesse.

Vos jambes vont être soumises à rudes épreuves, surtout si vous souffrez déjà de varices, les jambes lourdes sont un véritable fléau, aggravé par le surplus de poids de la grossesse…

Autre problème plus délicat : les petites fuites d’urine ! Le poids du bébé  appuie sur le périnée et au moindre effort ou même rire, c’est la fuite… Le mieux est de renforcer son périnée avant la grossesse par de simples exercices (contractions et relâchement, c’est un ensemble de muscles, donc il faut les faire travailler tout simplement)

Dans le même style, la constipation peut devenir un réel problème, et les laxatifs sont à proscrire… l’idéal est de boire de l’eau d’Hépar, et de manger des figues…

Les crampes sont également de la partie, et parfois très  violentes, surtout au niveau des mollets et des pieds.  Elles sont dues à un manque de magnésium, et là aussi l’Hépar est très utile…

D’autres douleurs et désagréments existent encore bien entendu, il ne s’agit pas  ici d’une liste exhaustive et un « petit livre pratique »  sera bientôt disponible à ce sujet, avec plus de détails et les solutions qui marchent le mieux. Il s’agissait ici d’un premier tour d’horizon des problèmes que la femme peut rencontrer durant les 9 mois de grossesse, certaines plus que d’autres, et ceux-ci variant également d’une grossesse à une autre… mais au final, c’est sûr que lorsque l’on tient son bébé dans les bras, on oublie bien vite tout cela !