Publié le

Que nos enfants grandissent vite !!

IMG_1717b

Lorsque l’enfant paraît, on ne se rend pas compte qu’il va évoluer aussi vite…

On tient son bébé dans ses bras, et on a l’impression que tout est arrêté, qu’on a bien le temps qu’il grandisse.

Mais profitons bien de chacun de ces moments magiques, car le petit est déjà en train de changer, de jour en jour, imperceptiblement.  Déjà à un mois, il vous regarde, vous sourit, commence à s’intéresser à ce qu’il peut voir ou percevoir.

Et cela ne s’arrêtera plus, vous n’aurez bien vite plus un bébé mais un petit enfant qui va commencer à parler et marcher, vous découvrirez son caractère et il vous étonnera tous les jours ! Ce sera déjà un changement, mais il vous semblera encore si fragile et dépendant de vous…

Puis viendra le temps de l’école maternelle, et là, surprise ! vous allez être le témoin d’une évolution fulgurante où votre « petit » va laisser place à un jeune enfant indépendant, « grand » déjà, malgré ses 3 ou 4 ans à peine… et vous vous demanderez « mais où est mon petit bébé ? »  Il a grandi d’un coup, n’a plus cette allure de « bébé », fini les petites mains potelées, et ce manque d’assurance quand il marche…

De là l’importance de profiter à fond de chaque moment, de chaque période avec son enfant, car ces instants uniques seront bien vite du passé… l’enfant n’arrêtera plus sa progression.  Mais il est très important de savoir que ces 3 – 4 premières années de vie sont les plus flagrantes dans le développement de l’enfant, et vous pourriez bien avoir du mal à vous faire à cette vitesse, et vous retrouver d’un coup un brin nostalgique !

Publié le

Acquérir la propreté … faites confiance à votre enfant !

Question inévitable lorsque votre enfant arrive vers ses 18 mois voire 2 ans : est-il déjà  propre ?

Certains se vantent alors « le mien était déjà propre dès ses 2 ans !  » etc….  comme s’il s’agissait d’une course à la propreté !

Sachez que, comme dans tous les domaines d’ailleurs, chaque enfant a son propre rythme, et qu’il deviendra bien propre un jour.

Inutile donc de se focaliser là-dessus car vous arriverez juste à le stresser, et à lui faire développer un manque de confiance en lui, qui lui sera préjudiciable pour son avenir, parfois bien plus tard dans sa vie….

Une fois que l’enfant sait monter les escaliers en alternant les jambes, cela veut dire qu’il a atteint la maturité neurologique indispensable pour contrôler ses sphincters.  Inutile donc d’essayer avant, et ce n’est pas non plus parce qu’il sait monter les escaliers qu’il ira sur le pot à ce moment-là forcément !

Le tout est de lui montrer à quoi sert un W.C., lui expliquer comment papa et maman s’en servent, comment il peut imiter ses parents en allant lui aussi sur son petit pot faire un petit pipi ou même caca, ce qui lui évitera de devoir porter des langes.  Il sera ainsi « un grand garçon » ou « une grande fille ».

ATTENTION ! Ne jamais montrer de dégoût pour le caca, en disant des remarques du style : « oh ça pue ! » ou même en racontant à quelqu’un devant son enfant que ses selles sont nauséabondes etc… Car l’enfant de cet âge enregistre tout, et risque bien de ressortir ce genre de commentaires et de ne plus vouloir aller sur le pot !

Au contraire, il faut encourager son enfant, encore et toujours, et le féliciter dès qu’il « fait sur le pot » ! S’il lui arrive un petit accident, ce qui est inévitable au début, ne pas le gronder mais lui expliquer qu’il doit se dépêcher d’aller à la toilette pour éviter les catastrophes.

Présenter le pot régulièrement en lui demandant s’il n’irait pas faire pipi dessus comme les grands, mais ne pas le critiquer, ou pire, se moquer de lui s’il ne veut pas… cela prend du temps,  mais souvent,  une fois qu’il aura décidé d’y aller, il ne retournera plus en arrière  et se retiendra même lorsqu’il aura un lange !

Si vous sentez une résistance de la part de l’enfant, oubliez le pot pendant quelques semaines, afin de ne pas le « saouler » avec ce problème, et il en reparlera peut-être de lui-même…

L’éducation est un art,  qui demande de la patience, de l’amour et de la diplomatie…

Publié le

Allaiter son enfant, plus qu’un cadeau…

Evidemment maintenant on a le choix, alors que dans le temps la question ne se posait même pas… et on n’aurait sans doute même pas oser la poser !

Le mode de vie actuel, le progrès, ont fait qu’il est à présent possible de déléguer cette tâche via le biberon, qui non seulement peut être préparé en toute sécurité apparente, mais peut également, et c’est là son grand avantage, être donné par quelqu’un d’autre que la maman.

On n’a encore rien trouvé de mieux que la nature, on ne sait pas encore tout de l’être humain, et voilà que l’on décide que l’on peut dispenser la maman de cette action… ben voyons ! Alors évidemment, on va dire que c’est un progrès pour la femme, la fameuse « émancipation féminine », que c’est un moyen pour responsabiliser un peu le papa aussi, de le faire participer… oui, si on veut…

N’empêche que si Dame Nature a prévu que cela ait lieu de cette façon, c’est qu’il doit y avoir une raison, non ? Sauf cas exceptionnels où la maman est dans l’impossibilité d’allaiter, une fois l’accouchement réalisé, l’enfant se retrouve dans un monde totalement inconnu, loin du corps bienveillant de sa maman, et il apprécie certainement bien plus de retrouver ce corps par l’intermédiaire du sein maternel que de voir se mettre un bout de tétine en bouche… non ?? Il y a donc tout l’aspect du lien avec la maman, qui, quoi qu’on veuille en dire sera toujours différent du lien avec le papa (dont le rôle, tout aussi important pour l’enfant, est d’une autre nature). Allaiter son enfant le rendra plus calme, plus sûr de lui, plus lié à sa mère.

Il y a ensuite l’aspect santé :

  • un enfant nourri au sein aura beaucoup moins de risque d’être allergique (tiens ne se demande-t-on pas pourquoi tant d’enfants présentent des allergies à toutes sortes de produits ? en plus de l’évidence de la pollution, n’en serait-ce pas un autre facteur de cause ?)
  • il sera immunisé par le lait maternel, et sera donc plus résistant aux infections de toute sorte.
  • vu que le goût du lait maternel varie en fonction de l’alimentation de la maman, bébé sera déjà un vrai gourmet… et admettra plus volontiers de manger de tout quand il grandira.
  • La poudre de lait est proposée dans des boîtes… en aluminium ! Or on vient de découvrir (ou du moins de diffuser l’info) qu’il y a beaucoup trop de trace d’aluminium dans ces laits en poudre, donc risques non négligeables pour la san de bébé !
  • La succion au sein permet à l’enfant de se muscler la bouche et de mieux développer son palais et ses gencives, ce qu’il ne sait pas faire avec une tétine, la meilleure soit-elle.

Outre les avantages pour les enfants, il y en a aussi pour la mère :

  • Garder le contact avec son bébé et ne pas en être séparé brutalement après 9 mois de vie commune
  • contrairement à ce qu’on croit, cela permet de retrouver une plus belle poitrine
  • Cela permet aussi au corps de se remettre au mieux de sa grossesse.
  • et plus pragmatique, c’est économique et très pratique car toujours à disposition, à la bonne température et gratis…

On pense également parfois aussi qu’allaiter fait mal à la maman, est une contrainte pour elle . Un allaitement bien mené est plus source d’épanouissement que de contraintes, mais cela dépend d’une femme à l’autre évidemment. Si vous avez la peau sensible, cela risque de provoquer des douleurs à la longue, mais il existe des solutions. D’autre part, il est très important d’avoir une bonne position en allaitant, qui est d’ailleurs expliquée à la maternité ou sur les sites traitant de l’allaitement.

En conclusion, je dirai que, même pour une femme active, il est très important d’allaiter son enfant, au moins durant son congé de maternité, et si possible encore après au moins soir et matin, afin de lui donner toutes les chances d’avoir un avenir serein, avec une bonne santé dès le départ. Pensons que cet enfant n’a pas demandé à venir au monde, en général maintenant il s’agit très souvent d’un choix délibéré des parents, alors mettons nos revendications féministes de côté au moins durant cette période si importante pour notre petit bout’chou, et profitons pleinement du bonheur de nourrir soi-même son enfant, tendre proximité qui sera bien vite passée !!