Histoires de parents…

Paul : “Notre fils Louis ne voulait jamais aller au lit le soir, il pleurait et rouspétait car il désirait encore jouer, il disait qu’il n’était pas fatigué,..”

Cela devenait infernal ! Nous avons tout essayé.

On a d’abord pensé qu’il n’était peut-être pas encore assez fatigué, nous l’avons laissé jouer, comme il le désirait, un peu plus longtemps. Mais, même alors, il refusait de monter se coucher et faisait une de ces crises !

Nous avons tenté la manière forte… ! A 20h, nous l’avons pris de force, et hop ! au lit ! Malheur… Louis se débattait, pleurait, criait, on avait l’impression d’être des tortionnaires ! Mon épouse, Elise, a fini en pleurs… J’ai tenu le coup, me disant qu’un peu de fermeté ne ferait pas de tort, mais ce n’était visiblement pas la solution non plus !

Que faire alors ?

  1. Premièrement, nous avons décidé d’observer notre enfant : 
  • était-il, ou non fatigué ? Quels signes nous envoyait-il en cas de fatigue ?

Nous avons alors constaté que, plus il était fatigué, plus il devenait nerveux, hyperactif, il sortait 10 jeux à la fois, voulait toucher à tout. Bref, il avait l’air de ne plus pouvoir s’arrêter tout seul… Elise a par ailleurs remarqué qu’il se frottait souvent les yeux, et qu’ils étaient fort rouges, brillants même…

2. Bon, maintenant que nous savions déceler quand Louis était fatigué, il nous fallait un plan d’action !

  •  Comme il voulait absolument continuer à jouer, ok, il allait jouer, mais
    •  dans sa chambre,
    • avec papa ou maman,
    • et à un jeu CALME
    • maximum 15 minutes
  • Si nous lui disions après ce jeu, “bon, maintenant, on se lave les dents et on va dormir”, nous aurions à nouveau droit à une crise… Alors nous avons opté pour continuer par un jeu… un peu spécial : le jeu de l’oie du sommeil
    • Sur une feuille, nous avons collé les différentes étapes qui nous séparaient du dodo :
      • le jeu (c’est fait !),
      • hop, on passe au bain,
      • puis au brossage des dents,
      • puis on dit bonsoir à toute la famille,
      • et hop, on arrive presque au bout avec l’énorme câlin de papa et/ou maman
  • et voilà, on a gagné, on est bien au chaud sous sa couette, avec tous ses doudous  

3. Restait à tester notre plan…

Le soir venu, nous avons observé Louis et l’avons laissé jouer dans le salon jusqu’à ce que nous constations l’arrivée de ses signes de sommeil.

Dès qu’il a commencé à se frotter les yeux, sans attendre, nous lui avons proposé de jouer avec lui à un jeu dans sa chambre.

Nous lui avons de suite dit que l’on avait 15 minutes pour jouer et que donc, il devait se dépêcher de monter pour ne pas perdre de temps de jeu ! Il a filé comme une fusée, nous laissant, Elise et moi, totalement ébahis…

Elise a joué avec Louis, je leur ai proposé d’être « le gardien du temps » et de les avertir quand il resterait 5 minutes, et quand les 15 minutes seraient écoulées. Louis a trouvé cela amusant et a accepté avec plaisir.

Après les 10 minutes, j’ai pris une voix grave et sérieuse digne d’un ancêtre gardien du temps et ai déclaré : « Attention attention, il ne vous reste que 5 minutes avant la fin du jeu, dépêchez-vous de terminer… »  

Et Louis de dire à sa maman : « Allez maman vite, joue ou on n’aura pas terminé à temps ! »

J’avoue que je redoutais un peu le moment où j’allais devoir annoncer que le quart d’heure était terminé, craignant une crise de la part de mon fils… mais bon, il fallait tenter l’expérience !

Pour faire plus « gardien du temps », je me suis déguisé avec une couverture comme cape, et ai revêtu un casque de jeu de Louis.  Ensuite, j’ai pris un gros sablier rouge qui se trouvait dans sa chambre, et j’ai simulé un roulement de tambour !

Louis, qui était totalement pris par son jeu, se retourna surpris et m’écouta attentivement.  Un peu intimidé je crois (il était encore dans son monde imaginaire… ) il rangea son jeu avec l’aide de sa maman, se leva et pris la direction de la salle de bain, en disant « vite, vite, le maître du temps a dit que je devais me préparer pour aller au lit ! »

Nous n’avons même pas su tester notre jeu de l’oie, tant il s’est dépêché d’aller se coucher !

Nous lui avons fait de gros câlins, puis, voyant qu’il était prêt pour s’endormir, nous ne lui avons pas proposé de lui lire une histoire, craignant qu’il retombe alors dans ses anciennes habitudes. Nous avons préféré continuer sur le thème « gardien du temps ».

J’ai repris ma grosse voix grave et lui ai dit « Es-tu prêt pour une nouvelle aventure demain soir avec moi, le gardien du temps ? »

La réaction de Louis ne se fit pas attendre : « Oh oui, gardien du temps,  vite demain soir ! »

« Il faut tout d’abord t’endormir rapidement, faire de beaux rêves, et surtout te lever rapidement et de bonne humeur demain matin ! Te sens-tu capable de réaliser cette mission, Louis ? » dit le gardien du temps, rentrant de plus en plus dans mon rôle !!

« Pas de problème, ce sera fait Grand Gardien du Temps » répondit mon fils …

Et il s’endormit sans râler, sans nous rappeler 10 fois ou courir à la toilette toutes les 5 minutes…

J’avoue que nous étions bluffés ! ça avait fonctionné Yes ! Nous étions trop contents !!!

MISSION :

Mon enfant doit monter se coucher

METHODE

  • Observation
  • Rentrer dans le monde imaginaire de l’enfant
  • Jeu de l’oie du sommeil

RESULTAT

Mission accomplie !

Pourquoi est-ce que cela a si bien fonctionné avec Louis ??

  • Parce que ses parents ont d’abord observé leur enfant, pour mieux repérer ses signes de sommeil, propre à  chacun.
  • Parce qu’ils ont de suite réagi lorsqu’ils ont vu leur fils fatigué.
  • Parce qu’ils ont d’emblée  fixé  les règles (max 15 minutes, jeu calme, dans la chambre)
  • Parce qu’ils ont su rentrer dans l’imaginaire de leur enfant, afin qu’il adhère avec amusement aux règles fixées, sans que cela ne ressemble à des ordres de papa et maman.